Tiny and Big: Grandpa’s Leftovers

TB_LOADINGSCREEN

Un grand merci à Nem qui m’a offert le titre sur Steam. Je t’en dois une !

Jusqu’où iriez-vous pour récupérer un sous-vêtement de votre grand-père ? C’est la question existentielle que nous adresse Tiny and Big : Grandpa’s Leftovers, un jeu de Black Pants Studio. Vous devinerez ainsi que c’est avant tout grâce à une histoire d’une solidité à toute épreuve que ce jeu de plate-forme va briller. Pour le plaisir de rire en écrivant, je vais d’ailleurs vous proposer un synopsis. Tiny a hérité du slip de son grand-père décédé il y a peu. Malheureusement, son frère Big ne l’entend pas cette oreille et décide que la culotte lui revient ; après l’avoir subtilisé, il use des pouvoirs qu’il (le slip) renferme pour tenter de dominer le Monde qui se compose d’un vaste désert et d’une pyramide géante. C’est bien sûr à Tiny d’empêcher le plan incroyable alambiqué de son frère, aidé d’une radio intelligente qu’il porte sur le dos. LA DROGUE.

2014-02-07_00026

Les dialogues sont à la hauteur du scénario ce qui n’est pas peu dire (CLIQUEZ POUR AGRANDIR).

N’y voyez pas là une moquerie quelconque lorsque j’entreprends de vous résumer l’histoire de ce titre : cette trame complètement débile est un des éléments favorables à Tiny and Big : Grandpa’s Leftovers. Avec la direction artistique, c’est ce qui saute vraiment aux yeux lorsque l’on se met dans le jeu : c’est étrange et ça ne sort pas du délire. Sur le plan esthétique, le travail est vraiment remarquable, grâce à un croisement entre de la 3D normale et une sorte de cell-shading. La profondeur de champs n’est pas dingue, mais les décors sont vraiment beaux, faute de beaucoup varier et jouissent, comme les personnages d’un cachet que je n’avais pas vu ailleurs jusqu’à présent. La technique est au passage suffisante pour soutenir l’effort artistique et le tout sans demander de ressources particulières même quand on fait mumuse avec la physique. L’habillage général du jeu est aussi assez génial : entre les menus dessinés du plus bel effet, les onomatopées qui apparaissent lorsque de gros blocs de granites s’écrasent au sol, les titres stylisés au début de chaque niveau ou encore les musiques pas forcément toutes égales, mais souvent de grande qualité (notamment sur les deux derniers niveaux du jeu) on a un emballage qui fait plaisir à voir, ça ne fait aucun doute.

2014-02-07_00017

Esthétiquement, c’est travaillé et assez unique. Chapeau bas.

Maintenant il faut aussi pouvoir jouer et là c’est un peu plus mitigé. On a globalement affaire à un jeu de plateforme mais avec une particularité vraiment bien vue : on peut découper la plupart des éléments de décors grâce à un laser. À l’image du zandatsu de Metal Gear Rising, l’une des mécaniques centrale du jeu consiste à réarranger le paysage pour passer certains sauts et trouver les secrets qu’ont caché les développeurs un peu partout dans le niveau. En plus de la découpe, on a la possibilité de manipuler les bouts que l’on a coupé grâce à un grappin qui sert évidemment à tirer et à trainer, mais également à l’aide de petites fusées que l’on colle sur les pans de colonnes ou de murs pour les repousser à haute vitesse. Certains passages sont d’ailleurs assez bien fichus et forcent à réfléchir un peu avant de parvenir à progresser. Il reste cependant que le jeu est facile, bien que l’on meurt souvent.

2014-02-07_00022

Cutting shit like a bowss! Le moteur physique marche vraiment bien et le tout sans gourmandise pour l’ordinateur.

Et c’est là que sera sans doute le souci avec Tiny and Big : il manque clairement des éléments fondamentaux pour en faire un plateformer agréable. C’est excellent de nous rajouter cette dimension de découpe et c’est d’ailleurs très drôle à utiliser. Mais cela reste un souci quand on tombe vingt fois au même endroit à cause d’une physique du personnage un peu trop lourde. Il manque au jeu un vrai nuancier de sauts et de course. Au clavier et à la souris (pas les outils idéaux pour le genre) on est parfois frustré de ne pas arriver à faire ce qui est pourtant compris parce que les déplacements sont trop rachitiques. De plus, si suite il devait y avoir (et j’aimerais bien) je pense que l’on gagnerait à avoir un double-saut ainsi que la possibilité de s’accrocher à un rebord en cas de saut un peu court. En parlant de court, je rajouterais que le titre se finit assez vite : je l’ai terminé pour ma part en quatre heures sans courir vers la fin, mais sans non plus m’attarder à chercher tous les petits secrets parfois bien vus, comme des niveaux bonus notamment et des bandes sonores supplémentaires.

Voilà donc un bon petit jeu avec un univers déjanté et dont j’aimerais bien voir une suite qui redresserait la jouabilité de la partie plateforme. C’est joli, drôle, absurde et inventif sur certains points, mais au final il lui manque cette solidité sur ses fondamentaux pour en faire une vraie recommandation formelle. Pensez-y en solde sans doute.

Tiny-and-Big-Grandpa-s-Leftovers_PC_cover

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s