Noooostaaaalgiiiiiie ūüéĶ

Paradigm 2017-04-07 15-37-45-85

Difficile d’√™tre joueur sans avoir la fibre nostalgique. C’est un adage qui se veut de plus en plus pr√©gnant, √† mesure que le jeu vid√©o laisse la place aux ind√©pendants de cr√©er les titres qui leur manquent, bouchant les trous laiss√©s par le feu h√©g√©monique AAA. Moins vous √™tes enclin √† r√©pondre √† l’appel des (grands) anciens, plus vous vous exposez √† la disette vid√©oludique.

Torment-Tides-of-Numenera-Free-Download-1.png

Torment: Tides Of Numenera (2017)

Parce qu’√† y regarder d’un peu pr√®s, entre l’isom√©trie adopt√©e par des genres divers et vari√©s, le pixel-art qui est plus vivant qu’il n’a jamais pu l’√™tre sur consoles 8-16 bits, et le low-polygone qui commence doucement √† devenir un style esth√©tique √† part enti√®re, on se retrouve rarement dans des rendus graphiques absolument nouveaux. Visuellement et « auditivement » pourrait-on ajouter, un voyageur temporel venu tout droit de la moiti√© des ann√©es 90 ne serait pas compl√®tement perdu sur les Itch.io et autres Steam de notre 2017. Seulement si l’image et le son √©voquent, on s’entendra sur le fait que ce sont aussi et surtout les m√©caniques de jeu qui ressuscitent le pass√© dans le pr√©sent. Et si je trouve qu’artistiquement, la modernit√© apporte ses touches, avec des titres qui savent profiter des outils actuels pour transcender des esth√©tiques autrefois utilis√©es principalement par contrainte, en terme de m√©caniques de jeu, il est ais√© de tomber dans le pi√®ge du ¬ę¬†c’√©tait mieux avant¬†¬Ľ.

Cette ann√©e 2017 m’a particuli√®rement interpell√© de ce point de vue. 2016 a d√©j√† apport√© son lots de d√©veloppeurs embourb√©s dans leur propre v√©cu et ne voulant pas embrasser les bienfaits des √©volutions de leur propre genre, le Mighty Number 9 de Kenji Inafune vient imm√©diatement en t√™te. Mais c’est vraiment avec Thimbleweed Park et Yooka Laylee que j’ai r√©alis√© o√Ļ se situait ce qui constitue au moins mon malaise quant √† ces suites ou remakes d√©guis√©s. Et pour l’articuler de mani√®re plus ad√©quate, je vais simplement les confronter √† d’autres titres, tout aussi √©vocateur pour le joueur vieillissant, mais ne c√©dant pas √† une certaine¬†paresse du spleen. Avant tout, observons les deux titres.

ThimbleweedPark 2017-04-10 18-25-16-25Thimbleweed Park est un jeu d’aventure point&clic. R√©alis√© par Ron Guilbert et son √©quipe, le jeu s’inspire tr√®s grandement des s√©ries polici√®res fantastiques que sont X-Files, pour le duo de personnages, et Twin Peaks, pour la douce loufoquerie du casting entre autres choses. Le jeu est enti√®rement r√©alis√© en pixel-art, avec une densit√© graphique sup√©rieure aux titres de Lucas Art sur lesquels Guilbert a pu travailler. Il demeure cependant tr√®s proche, en particulier dans l’interface, des titres r√©alis√©s avec le moteur de jeu d’aventure SCUMM (pour Script Creation Utility for Maniac Mansion) qui fut employ√© sur Maniac Mansion donc, mais √©galement The Secret Of Monkey Island et sa suite, Indiana Jones and The Fate Of Atlantis etc.

On y retrouve donc le syst√®me de jeu qui va avec. Le jeu pr√©sente une liste de verbes (prendre, utiliser, pousser etc.) et le joueur doit cliquer sur un des neuf (!) verbes puis sur l’objet concern√© qu’il soit dans l’inventaire ou dans l’√©cran o√Ļ se trouve son personnage. √Čvidemment, c’est un syst√®me tr√®s encombrant qui n√©cessite par exemple de cliquer √† trois reprises pour combiner des objets entre eux, quand un simple cliquer/d√©poser pourrait tout aussi bien faire l’affaire.

YookaLaylee64 2017-04-12 16-58-21-28De son c√īt√© Yooka Laylee est un jeu de plate-forme. Le titre est r√©alis√© par Playtonic Games, une √©quipe essentiellement compos√©e d’anciens membres de Rare, le studio first-party phare du Nintendo p√©riode N64. S’ils ont livr√© beaucoup d’excellents titres sur GameBoy et SNES (Donkey Kong¬†: Country, Killer Instinct…), c’est avant tout pour GoldenEye, Perfect Dark et les deux Banjo (&Kazooie puis &Tooie) qu’ils ont atteint un statut culte dans les ann√©es 1990. Si graphiquement, Playtonic Games n’a pas pouss√© le vice jusqu’au low-polygone, pr√©f√©rant une 3D tout √† fait acceptable pour un jeu de ce type, esth√©tiquement et musicalement, le lien avec Banjo&Kazooie est t√©nu. M√™me obsession pour les couleurs vives et pour l’√©trange bestiaire compos√© d’objets quelconques avec des yeux coll√©s dessus. M√™me duo d’animaux improbables¬†; ici une chauve souris et un l√©zard. Et en terme m√©lodique, c’est pratiquement du plagiat, tant les sonorit√©s sont proches.

C√īt√© gameplay, on retrouve la compl√©mentarit√© du duo dont les fonctions sont pratiquement identiques √† leurs version de 1998. On joue essentiellement Yooka qui saute, roule et gobe des objets gr√Ęce √† sa langue extensible et qui porte sur son dos Laylee qui lui peut envoyer des ondes sonores ou faire planer son comparse sur une certaine distance. Le tout se d√©roule dans des mondes s√©par√©s auxquels on acc√®de via un hub central (la Ruche). Chaque monde propose des dizaines d’objets √† collectionner, plus ou moins difficiles √† atteindre. Le but √©tant de r√©unir la plus grande collection possible en battant tous les challenges d’habilet√© consistant principalement en des sauts de plate-forme en plate-forme.

√Ä premi√®re vue, et quand on s’int√©resse aux intentions derri√®re les deux titres, on a affaire √† des madeleines de Proust tout ce qu’il y a de plus authentiques et sinc√®res. Les d√©veloppeurs des jeux de l’√©poque prennent une recette qui faisait le succ√®s de titres cultes de cette m√™me √©poque et la d√©livrent √† l’identique √† un public √† qui ces titres manquent cruellement. Leurs campagnes de crowdfounding r√©ussies sur Kickstarter en sont la d√©monstration. Mon avis reste cependant que les madeleines sont quelque peu rassises.

Ce qui me pose souci¬†ici, c’est cette croyance que la recette, dans ses moindres d√©tails, faisait r√©ellement le go√Ľt de la chose et non certains √©l√©ments pr√©cis de game-design ou de level-design. Un jeu vid√©o, et d’autant plus dans les ann√©es 80 ou 90, √ßa se fait avec des contraintes, essentiellement techniques, mais aussi cr√©atives en rapport avec la concurrence! Si Maniac Mansion ou les Monkey Island √©taient produits tel qu’ils √©taient produits √† leur √©poque, c’est parce qu’il n’y avait qu’une mani√®re de transposer l’aventure textuelle en aventure visuelle simple. Il n’y avait pas les interfaces rapides utilisant des boutons de fa√ßade de la manette que l’on trouve chez Telltale aujourd’hui, ou l’√©l√©gance du clique simple des point&clic modernes sur PC. De m√™me pour Banjo&Kazooie, cr√©√© avant la d√©ferlante de plateformers 3D de la p√©riode PlayStation 2, GameCube et Xbox, qui a vu le genre devenir roi et se d√©cliner dans diverses variantes. Plus action avec Ratchet&Clank, plus ouvert avec Jak&Daxter, plus infiltration avec Sly Raccoon, ou m√™me avec une toute nouvelle m√©canique comme la manipulation temporelle d’un Blinx¬†: The Time Sweeper.

Et si la simplicit√© des premiers titres fait peut-√™tre aussi une part de leur charme, il m’est avis que les d√©veloppeurs de Thimbleweed Park comme de Yooka-Laylee n’ont pas saisi que donner les sensations de jeu d’une certaine √©poque ne tient pas √† la copie b√™te et disciplin√©e de l’ensemble de des traits de ces jeux. L’encombrant syst√®me de verbes au millier de clics de Thimbleweed Park n’est probablement pas ce que r√©clamaient les joueurs avis√©s des jeux Lucas Art. Il m’est avis que c’est avant tout la com√©die, les gags, les personnages hauts en couleurs et les √©nigmes dr√īles parfois par leur absurdit√© (la fameuse ¬ę¬†monkey wrench¬†¬Ľ) qui ont fait rire les joueurs. De m√™me, √©tait-il n√©cessaire de reprendre un duo d’animaux, les musiques et l’exact syst√®me de contr√īle et de level-design de Banjo&Kazooie pour retrouver la joie et la chaleur des anciens titres de Rare¬†? Je n’en suis pas si s√Ľr. Un Jak&Daxter a su prouv√© que l’on pouvait faire du collectathon avec, par exemple, un level-design d’un seul tenant, plus coh√©rent visuellement et beaucoup moins de densit√© de bruitages (encore que cela soit part enti√®re de l’identit√© de la s√©rie j’imagine).

Alors plut√īt que de simplement tirer sur ces tentatives de ressortir les m√™mes jeux sous des atours vaguement diff√©rents en terme cosm√©tique, je vais vous proposer de jeter un Ňďil √† deux autres titres qui √©voqueront avec bien plus de force nostalgique les m√™mes √©motions que les jeux du pass√©, mais en y apportant ce qu’il faut de modernit√© et d’innovation. Ces jeux qui savent prendre le meilleur de leur genre en effa√ßant ce qui n’a pas de sens de nos jours.

Paradigm 2017-04-07 22-57-13-97D√©j√†, je vais vous demander de jouer √† Paradigm. Paradigm est un jeu d√©velopp√© par Jacob Janerka, disponible sur PC et Mac. Il s’agit d’un point&clic tout ce qu’il y a de traditionnel. On y joue Paradigm donc, un homme au fort accent d’Europe de l’Est, afflig√© d’immondes mutations et autres kystes qui d√©forment son cr√Ęne. Ce bel √©ph√®be va devoir progresser dans une Russie post-apocalyptique compl√®tement loufoque dans le but de sauver le monde et surtout de comprendre pourquoi sa t√™te est mise √† prix. Paradigm utilise un inventaire o√Ļ le glisser/d√©poser fonctionne comme on peut l’attendre. Le labeur de la combinaison et de l’utilisation d’objets est simplement inexistant. L’interface d’interaction avec les d√©cors utilise un syst√®me de verbes. Seulement ceux ci sont restreints et ne sont pas visuellement en permanence √† l’√©cran¬†; ici on clique sur l’objet de son choix et on choisit la mani√®re d’intervenir dessus. Et si le jeu a sans doute des verbes qui pourraient se croiser et ne former qu’un seul verbe (parfois ¬ę¬†use¬†¬Ľ pourrait √™tre un raccourci pour ¬ę¬†pick up¬†¬Ľ ou ¬ę¬†talk to¬†¬Ľ) ce n’est jamais √† la hauteur de Thimbleweed Park o√Ļ pousser un clochard sert √† lui parler.

Surtout, Jacob Janerka a trouv√© un moyen divertissant de ne pas rendre les verbes en question inutiles. On peut dire bonjour √† TOUS les objets du jeu, ce qui est stupide. On peut observer et obtenir un r√©sum√© comique de TOUS les objets du jeu. Et si l’on se retrouve √† combiner n’importe comment les objets, Paradigm commentera sarcastiquement mais gentiment notre ent√™tement. Paradigm a une des √©critures les plus dr√īles que j’ai pu voir depuis que j’ai commenc√© √† jouer au jeu vid√©o. Et que cela soit certaines √©nigmes coh√©rentes dans l’univers al√©atoire de Janerka, tout en √©tant surr√©alistes au regard de tout le reste du Monde, ou l’interface d’indice qui consiste litt√©ralement √† parler √† sa tumeur cr√Ęnienne et √† n√©gocier un walkthrough, on sent qu’il y a une ma√ģtrise formelle des d√©fauts critiques du genre. Tout est fait pour que m√™me les parties r√©dhibitoires les plus fameuses1 des grands classiques soient transform√©s en vanne pour le plus grand plaisir du joueur. Au lieu de marcher laborieusement d’√©cran en √©cran, on peut se t√©l√©porter en utilisant une carte affich√©e sur une console portable qui sert aussi √† un mini-jeu d√©bile mais hilarant. En un mot comme en mille, c’est un jeu √† faire absolument quand on aime les com√©dies d’aventure de l’√©poque de Lucas Art ou bien m√™me, l’humour absurde en g√©n√©ral. Et ces sensations sont √©voqu√©es sans la lourdeur des contr√īles du SCUMM.

SnakePass-Win64-Shipping 2017-04-02 14-24-44-24Ensuite, je me dois de vous recommander Snake Pass. Le titre de Sumo Digital jouable sur PC, PlayStation 4, Xbox One et Switch, et qui d√©cid√©ment nous r√©gale apr√®s les deux excellents Sonic & Sega All-Stars Racing, est un des jeux les moins jouables quand on se l’imagine, mais des plus fonctionnels manette en main et originaux que j’ai vu ces derni√®res ann√©es. Aussi surprenant que cela puisse para√ģtre, il s’agit ni plus ni moins que d’un jeu de plate-forme o√Ļ l’on dirige un serpent pour collecter le maximum d’objets dans chaque niveau. √áa vous rappelle quelque chose¬†? C’est normal, c’est tr√®s exactement la formule des collectathons classiques de la N64. Et visuellement comme musicalement, √ßa fait follement penser √† Rare.

Sauf qu’en terme de prise en main, c’est parfaitement nouveau. Ici, les obstacles et plate-formes ne se passent pas en sautant, mais bien en serpentant et en s’enroulant. Avec le joystick gauche, on dirige la t√™te de l’animal, un certain Noodle, et avec la g√Ęchette de droite on acc√©l√®re. On ondule de gauche √† droite pour prendre la vitesse. On dirige ensuite la hauteur de la t√™te avec A qui permet de la monter vers le haut et on sert son corps plus ou moins fort avec la g√Ęchette gauche. On peut √©galement demander un petit coup de main √† son colibri de compagnon, Doodle qui peut porter sur demande la queue du reptile, le d√©lestant d’un certain poids. S’il est complexe au d√©part de parvenir √† tout ma√ģtriser, le jeu compos√© de 15 niveaux va vraiment vous pousser √† progresser et √† devenir de plus en plus pr√©cis. La courbe de difficult√© est exemplaire √† ce titre. Incroyablement, le gameplay marche √† ravir, quand on pourrait s’attendre au pire affres du dr√īle mais incontr√īlable Octodad. Et par cette prise en main si nouvelle, on retrouve ce qui faisait avant tout le plaisir des collectathons¬†: trouver les objets principaux pour d√©couvrir les niveaux suivant (ici il faut trois grosses pierres pour ouvrir la suite), puis se poser comme challenge d’attraper les plus durs √† avoir (ici des orbes bleues tr√®s r√©pandues et des pi√®ces de bronzes bien planqu√©es).

SnakePass-Win64-Shipping 2017-04-02 14-02-19-43

Toute l’essence du jeu tient dans ce screenshot.

C’est ce qui fait le sel de Snake Pass. Le challenge r√©side, du d√©but √† la fin, dans le passage d’obstacles. Il ne s’agit m√™me pas de transformer le genre, comme avait pu le faire Nuts & Bolts en 2008 (que j’ai beaucoup aim√© par ailleurs), mais bien de transformer sa mani√®re de procurer les sensations de jeu. Faire le 100% de ce titre a √©t√© un des challenges les plus justes que j’ai exp√©riment√© ses derni√®res ann√©es. Cela demande de l’observation, de la patience, de l’habilet√©, bref tout ce que j’aimais mobiliser dans ma p√©riode boulimique de plateformers sur PlayStation 2. Sauf que cela s’est fait via une prise en main innovante et sp√©cifique. Et je n’attends qu’une chose¬†: des niveaux suppl√©mentaires, un mode de cr√©ation de niveaux ou bien m√™me une suite…dans les plus brefs d√©lais¬†!

Mon but ici n’a pas √©t√© de tirer sur les amateurs de Thimbleweed Park ou Yooka-Laylee, pas plus que sur ceux qui ont appr√©ci√© Pillars Of Eternity en 2016 ou Torment¬†: Tides Of Numenera cette ann√©e. Je ne cherche pas non plus √† renier la qualit√© des titres dont ils s’inspirent ou qu’ils copient dans l’espoir d’en retrouver la quintessence. Cependant, cette nostalgie occulte souvent les √©volutions du genre qui n’ont pas √©t√© simplement des mani√®res de s’√©loigner de la source. Oublier ces progression et ne pas chercher un minimum d’innovation, c’est produire aussi des projets qui peuvent se r√©v√©ler assez vains, o√Ļ la cr√©ativit√© se voit r√©duite √† la simple ex√©cution d’une routine qui pourrait √™tre bien plus que ce qu’elle √©tait √† l’√©poque. C’est aussi faire parfois moins bien, manquer d’√Ęme faute de vouloir s‚Äôapproprier celle d’un titre particulier. C’est une nostalgie que je ne comprends pas vraiment, qui force √† conserver le pire comme le meilleur d’un genre, quand on pourrait en capturer l’essence en ne conservant que la substantifique moelle, ou en trouvant de nouveaux ingr√©dients.

YookaLaylee64 2017-04-13 14-16-07-85

1Je pense notamment au ¬ę¬†pixel hunting¬†¬Ľ qui consiste √† passer son curseur sur tous les pixels d’un √©cran fixe dans le but de trouver o√Ļ l’on peut interagir. Paradigm permet, en sollicitant la tumeur du protagoniste, d’afficher tous les objets d’un √©cran avec lesquels on peut interagir, au cas o√Ļ l’on en aurait loup√© un.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonn√©es ci-dessous ou cliquez sur une ic√īne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez √† l'aide de votre compte WordPress.com. D√©connexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez √† l'aide de votre compte Twitter. D√©connexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez √† l'aide de votre compte Facebook. D√©connexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez √† l'aide de votre compte Google+. D√©connexion / Changer )

Connexion à %s